Cher Emmanuel,

Las de voir une partie du peuple s’installer dans la rue mais tout autant irrité de vous entendre la moraliser depuis la fenêtre d’un palais de dignitaire, je me permets de vous pitcher mon idée de startup afin de sortir efficacement de cette crise qui secoue le pays.

Conseil : si vous êtes tombé sur ce texte rapidos en vous allégeant sur la faïence du Kremlin ou si vous le lisez à voix haute à un copain Venture Capitalist, rendez-vous au paragraphe Elevator Pitch. Si en revanche vous êtes nu, sous un soleil d’hiver, dans la véranda de Brégançon , continuez. Le détail concède parfois à la digression mais on gagne un chouïa en précision.

LE PROBLÈME

1 / Les gilets jaunes

Après les Indignés, Nuits debout, Occupy…ils reviennent du côté jaune de la force. Et s’ils sont prêts à se laisser cryogéniser l’anus toute la journée, alors qu’ils pourraient être au Starbuck Bastille à siroter un « Macchiato pain d’épice » à 20 euros devant le dernier Marc Lévy, c’est que leurs griefs sont à prendre au sérieux.

Dans le bruit et la confusion on comprend vaguement qu’ils ont mal vécu le dernier Black Friday. Noël approchant ils ont raté des promotions providentielles, comme cet éthylotest connecté à -50% qui aurait permis à Tante Germaine d’être notifiée sur sa tablette quand son mari rentre beurré à la maison. La faute au pouvoir d’achat, donc la faute au riche, donc la faute au gouvernement. Si l’association d’idées est simple c’est qu’entre nous, ça ne doit pas être si compliqué de faire cracher quelques billets à une vieille héritière sénile pour les redistribuer au marché de St Ouen. D’autres l’ont fait avant vous, il n’est pas interdit de demander de l’aide.

Il faut dire que si le coût de la vie ne cesse d’augmenter, la valeur de la fortune des classes moyennes et populaires, elle, stagne ou diminue depuis 20 ans. Vos clients de chez Rothschild, les 0.001% les mieux dotés, semblent eux avoir trouvé la formule alchimique. Dans le même laps de temps leur fortune a été multiplié par 7. Doutant qu’ils aient travaillé 7 fois plus dur ou 7 fois plus intelligemment, il est légitime de se demander si elle ne se fait pas un peu sur le dos des gilets jaunes. A moins qu’ils aient trouvé comment transformer les connards, eux toujours plus nombreux, en Bitcoin. Ce qui mériterait d’être correctement documenté et largement diffusé. Quoiqu’il arrive une telle différence peut légitimement faire naître des interrogations.

Et comme ci cela n’était pas suffisant, les gilets jaunes, ces révolutionnaires, revendiquent un meilleur contrôle des classes politiques par le peuple. Tout en oubliant, ces amnésiques, qu’ils ne sont pas allés voter à la présidentielle parce que Nabila faisait son comeback dans TPMP. C’est là tout le paradoxe du français qui ne finit pas son assiette mais n’oublie pas de se resservir. Vu de la Guinée équatoriale, un caprice d’enfant gâté.

50 années de gabegies politique ont fini par écorner l’éclat de la République qui, bien que dotée d’esprits brillants, à vu passer pelotons d’irréprochables bandits.

Mais bien que la République française soit probablement parmi les meilleurs systèmes de gouvernance au monde, elle n’en demeure pas moins perfectible. C’est vrai que depuis Giscard d’Estaing, on sent bien que nos présidents mettent les pieds sur le bureau, qu’ils tutoient le citoyen comme le grand patron. 50 années de gabegies politique ont écorné l’éclat de cette institution qui, bien que peuplée d’esprits brillants, à vu passer des pelotons d’irréprochables bandits. L’un n’exclue pas l’autre. On pense ici à Fillon, Cahuzac, Woerth, Chirac, Sarkozy, Bonnet, Fabius, Strauss Kahn mais aussi Hervé, Thévenoux, Ferrand, Le Pen, Mélenchon…et toutes les affaires qui ne sortiront pas, enfouies ou classées sans suite.

La cour de la République pourrait à ce sujet favorablement se doter d’une intelligence artificielle sommaire, programmée en LEGO©, pour prononcer systématiquement le non-lieu. Et voilà de quoi réduire simplement le coût de fonctionnement de l’état, les économies n’étant pas l’apanage des nécessiteux. Startup nation here we go !

2/ Emmanuel Macron

De votre côté vous avez abordé l’investiture en mode vague verte. Venu de nulle part pour arriver au sommet en un claquement de doigts, rien ne semblait pouvoir vous arrêter. Visionnaire comme de Gaulle, confiant comme Napoléon, hargneux comme Jean-Pierre Coffe, votre mouvement a fait souffler un vent d’espoir : la France en marche. Jamais en revanche vous n’auriez imaginé qu’elle le serait aussi vite mais pour venir vous botter le cul. Elle a traîné des pieds pour vous élire, elle accoure aujourd’hui pour vous licencier. Le mur jaune a mis un stop à votre élan mais vous ne vous êtes pas dégonflé pour autant.

Votre mouvement a fait souffler un vent d’espoir : la France en marche. Jamais en revanche vous n’auriez imaginé qu’elle le serait aussi vite mais pour venir vous botter le cul.

Certainement pensiez-vous que l’hiver ou votre détermination aurait raison du mouvement. Encore raté, ils enfilent des moufles et se tirent une chaise. Vous relevez alors vos manches et vous livrez à un bras de fer perdu d’avance. «Bouffe-le, on a plus de puissance » dirait l’allemand dans Taxi (le 1, les autres ne méritent pas la licence).

Vous consultez alors Elizabeth Teissier qui vous engage, saturne ascendant scorpion oblige, sur la voix du dialogue. Rassemblant vos vieux souvenir de PNL vous tentez alors de parler au français dans un remake de « je vous ai compris ». Quelques répétitions au cours Florent plus loin, sous l’œil dubitatif de votre spin doctor attitré, vous vous lancez. A un tapis sonore de Hans Zimmer près, votre jeu d’acteur poignant eût été du genre à arracher une larme à Margaret Thatcher. Certains disent que ca sonnait faux. Le théâtre, le peuple de France il connait : Sous le Soleil, Marseille, Plus belle la vie, la barre était trop haute. Sévère mais pas déconnant.

Retour à la case départ. Vous vous faites le film en boucle. Croissance économique, pas de guerre, pas de famine, pas de vache folle ou de grippe aviaire, pas d’attentat, pas de journaliste Mediapart dans les geôles de Fleury Mérogis. De quoi ces bougres trouveraient-ils à se plaindre ? La réponse est peut-être à chercher du côté de Maslow. Quand les besoins élémentaires sont assurés, l’Homme se met en quête de réalisation, passe du comment au pourquoi. Et là entre annonces catastrophées de changement climatique, débarquement des immigrés et arrêt planifié de The Voice, le doute cède place à l’angoisse. C’est la crise de panique générale !

D’anecdotes en divagations, j’espère que je n’ai pas perdu le banquier d’affaire qui somnole en vous. Tenez-bon la promesse financière est proche. Je récapitule en mode startup.

Elevator Pitch

  1. Le peuple est dans la rue pour exprimer une souffrance mais peine à se faire comprendre par le gouvernement. A tel point que la colère monte graduellement jusqu’en devenir menaçante pour la stabilité du pays.
  2. De votre côté, fier comme un chef d’état, vous prenez des notes, forcez un peu l’empathie mais semblez déterminé à ne rien lâcher : « On connait la musique avec ces gens là, tu donnes le doigt… »

A tout cet imbroglio s’ajoute : la stupéfaction du franc-maçon qui peine à percevoir la symbolique révolutionnaire du gilet jaune. L’agacement du DA en retard pour son brief créa mais à qui le blocus imposé par la manif inspire une pub éclatante pour un suppositoire à la glycérine. Le patron de PME qui râle parce que « ces prolos n’ont qu’à bosser plus pour gagner plus, moi je bosse bien 48h par jour ». L’immigré Syrien qui se plaint qu’on ne parle plus de lui à la télé. Le conspirationniste qui s’inquiète que « tout ça c’est sûrement le résultat d’une joint venture entre Elon Musk et Hitler ». Le clochard qui ne sait plus où pisser tranquille. Le flic grincheux qui aurait dû être à Acapulco pour kiffer son RTT avec sa bimbo. Bref, ça n’arrange personne et fout le bordel partout.

NOTRE SOLUTION

Allons droit au but. La situation s’apparente étrangement aux élucubrations d’un vieux couple tombé en disgrâce. La communication est rompue, les engueulades deviennent fréquentes contrairement aux rapports sexuels, dont le rythme baisse jusqu’à n’être plus qu’un rituel hygiéniste. Notre méthode est donc inspirée des meilleurs cabinets de conciliation conjugales de la Sillicon Valley dont voici le protocole :

1/ Améliorer la communication

Lors du grand débat, engagez une communication positive et faites preuve d’écoute et d’empathie. Répondez clairement et sincèrement aux questions qui vous sont mutuellement posées.

Exemple 1 :

« Gilet jaune » : On voulé savoir c’est pourquoi y’a pas de reubeu au gouvernement ?

« E. Macron » : Je comprends la difficulté que vous rencontrez à parler notre langue. L’école de la République est là pour vous aider, mais il va falloir s’accrocher, rien n’est jamais gagné. Pour répondre à votre question sans tabou, le monde politique est éminemment complexe et seuls les esprits vifs et bien formés parviennent à en assimiler le fonctionnement. Il faut également aller dans les bonnes écoles pour avoir les bonnes relations. Et une fois que tu commences à monter, le pouvoir appelle l’argent qui appelle le pouvoir, qui appelle les bonnes écoles, le bon réseau etc à la fin on se retrouve blindés et en famille. Donc ma réponse est : sûrement pour les mêmes raisons qui expliquent qu’il n’y a pas de polytechniciens dans les nourricières des quartiers nord. Toi comprendre ?

« Le conciliateur » : Emmanuel !

Exemple 2 :

« E. Macron » : Cher concitoyen, vous qui avez tout ; la paix, la sécurité, la justice, l’éducation, la nourriture, la liberté de la presse, les plus beaux paysages du monde. Ne trouvez-vous pas insultant vis-à-vis de tous les autres pays du monde, de vous plaindre de votre condition ?

« Gilet jaune » : Cher Président, je comprends votre interrogation et il m’arrive également de me la poser. Peut-être parce que parce que, comme vous qui avez gravi les échelles unes-à-unes pour arriver à la présidence de la République, nous ne savons nous contenter de l’acquis. Nous recherchons l’évolution et comme vous, notre référentiel est le sommet et non la base. Pour prendre des indicatifs que vous connaissez bien, la France trust sur le podium des plus grandes puissances économiques mondiales, pas loin devant l’Italie et juste derrière l’Allemagne. Les français produisent bien ! Mais comme l’Italie, pays gangréné par la mafia, la France se retrouve larguée loin derrière l’Allemagne ou le Danemark dans les classements d’indice de développement humain ou de liberté économique. Le problème ne semble pas être la création de valeur mais sa redistribution. Œuvrons à ce que la précarité des travailleurs devienne intolérable dans notre société. Que la classe moyenne devienne un objectif, ni trop ni pas assez. La situtation pourrait être pire, c’est vrai. Mais est-ce une condition satisfaisante pour se satisfaire ?

« E. Macron (en aparté à son équipe) » : On avait demandé des COTOREPS putain ! Tu me la fiches S ou on recrute.

2/ Réinventez la relation avec les citoyens

On ne peut pas décemment continuer de prendre sa voiture pour aller voter le dimanche matin muni d’une carte de vote en papier et d’une pièce d’identité, alors qu’on choisit son ou sa partenaire pour la vie en un glissement de doigt sur son téléphone.

Non, vraiment, il faut rendre l’activité citoyenne “sexy again”. De belles app, bien léchées et jogging-pantoufles-main-dans-le-slip compatibles, qui savent prendre avantage de l’addiction du moment. Et pourquoi ne pas en profiter pour mettre en place des consultations populaires ou le Référendum d’Initiative Citoyenne ? L’histoire nous a prouvé que l’exercice ne devait pas nécessairement être suivi d’effets. Aucun risque donc de se faire dicter un programme farfelu par des chômeurs analphabètes. Mais de quoi les distraire un moment quand même.

On vous livre des app avec une UX de malade, clef en main sur AppleStore et Androïd. En quelques mois c’est torché.

3/ Réglez définitivement les vieux problèmes qui gangrènent votre relation

TODO LIST Emmanuel Macron :

  • Relocalisez le gouvernement dans des bâtiments modernes, des bureaux fonctionnels et basse consommation. Nous pourrions faire de l’Elysée un hôtel, ça ferait un tabac pour les asiats en plein syndrome de Tokyo. De toute façon les dorures, les marbres et les majordomes en queue de pie et gants blancs c’est éculé. C’est trop connoté Versailles, la monarchie tout ça tout ça.
  • Révoquez l’impunité parlementaire. Intouchable ça fait un carton au cinéma mais en politique ça ne passe plus.
  • Supprimez les avantages indécents des dirigeants et hauts fonctionnaires (salaire et chauffeur à vie, appartements de fonction…). Un bon salaire c’est mérité mais là ça fait vraiment gagnant à l’Euromillions.
  • Mettre un terme immédiat au cumul des mandats. Sauf preuve du contraire, le don d’ubiquité ne s’enseigne pas à l’ENA.

TODO LIST gilets jaunes :

  • Arrêtez de descendre dans la rue à la moindre occasion. A la place twittez vos revendications à @emmanuelMacron, ça vous forcera à être concis. Ou alors habitez dans la rue et quand vous voulez manifestez envahissez vos appartements. Il faut quand même conserver un caractère un peu exceptionnel pour que ça reste impactant.

4/ Renouer avec la chaleur de l’intimité

Enfin, organisez une grosse teuf à l’Elysée pour dépendre la crémaillère. Mettez beaucoup d’alcool, un peu de drogue (la PJ de Paris peut dépanner ou au pire demandez François Thierry des STUPS), l’Amour fera le reste.

CE QUE L’ON OFFRE

Notre BP prévoit un ROI positif en même pas 3 semaines ; arrêt de la mobilisation, bonheur et motivation au travail, carton plein aux soldes de janvier, explosion du taux de natalité grâce au GHB de l’Elysée…ah oui et #blockchain #intelligence_artificielle #machine_learning #licorne.

CE QUE L’ON CHERCHE

On veut 2mio d’euros pour 100% des parts. Petites coupures dans des valises diplomatiques à l’ancienne (envoyez Benalla ou Bourgi, pas de préférence). Dans 2 mois livraison des MVP, dans 2 ans Mounir Mahjoubi réintègre la startup dans le gouvernement à l’occasion d’une soirée “C’est nous qu’on a tout fait” sponsorisée par BPI / Frenchtech et Gilets Jaunes.

Investissez sans plus attendre. Vive la démocratie, vive les startups et vive la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You May Also Like

Enquête au coeur du Bureau national des statistiques chinois

Le Club Sunae a percé le mystère de la sous-mortalité chinoise du Covid-19

Facebook, petit viol entre amis

Facebook au XXIème siècle c’est un peu comme le catéchisme au siècle…

Rencontre du 3e type avec les couples “The Kooples”

« The Kooples », un projet de vie qui nous ramène aux sources de l’Humanité.